Publications et autres travaux d’exposition

Publications écrites

Sarah Calba & Robin Birgé  2020, article à paraitre
L’art d’avoir toujours raison… de vouloir en discuter.
Que signifient l’apparition récente de l’expression fake news dans notre langage courant et son omniprésence dans les discours médiatiques ? Si les fake news ne semblent pas nous “informer” de l’état du monde, de ce qui est ou existe véritablement (elles sont d’ailleurs qualifiées en français de « fausses informations »), elles pourraient nous dire beaucoup de notre rapport à la vérité, au langage et finalement à l’altérité. Tel sera le sujet de cet article : essayer de comprendre ce phénomène social à travers les multiples discours qui tentent de combattre les fake news et les dérives qu’elles révèlent d’après eux.
Études de Communication, Dossier thématique n° 53 « Fake news ! Savoirs, pouvoirs et conflits dans l’espace public » 

Robin Birgé 2020, Note de Lecture
Frédéric Landragin, Comment parler à un alien ? Langage et linguistique dans la science-fiction.
Questions de communication, 35 | 2019, 424-427

Sarah Calba & Robin Birgé  2019, chapitre d’ouvrage
Langagement. La déconstruction de la neutralité scientifique mise en scène par la sociologie dramaturgique.
un drame au sujet de la neutralité scientifique, dans Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ?,  Les Éditons Science et Bien Commun, Sous la direction de Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Gosselin et Florence Piron

Robin Birgé & Grégoire Molinatti 2019, chapitre d’ouvrage
Neutralisation et engagement dans des controverses publiques. Approche comparative d’expertises scientifiques.
dans le livre déjà cité.  <hal-01739422v1>

Robin Birgé & Grégoire Molinatti 2019, chapitre d’ouvrage
Les discours de scientifiques envisagés comme paroles militantes. Le cas de publicisations d’expertises scientifiques en situation de controverses environnementales.
Questions de communication, Série Actes 37, PUN – Éditions Universitaires de Lorraines

Robin Birgé & Sarah Calba 2018 (acte de colloque sous presse)
La tragique fin des experts.
Une intervention publique visant à déconstruire la distinction entre chercheurs et experts scientifiques. 

Robin Birgé 2018 (relectures ouvertes sous presse), deux réponses à deux chapitres d’ouvrages dans le livre déjà cité

Robin Birgé 2018
La tragédie de l’expert ou “Langagement en science-friction” comme réponse à la déconstruction de l’autoritarisme et du relativisme de l’expertise scientifique par la sociologie dramaturgique.
Thèse de doctorat soutenue le 30 janvier 2018 à l’Université de Montpellier

Robin Birgé & Grégoire Molinatti 20__ Soumis
La publication d’une expertise collective comme engagement politique : exemple du rapport Filiation, Origines, Parentalité (2013).
Revue d’Anthropologie de la Connaissance.

Robin Birgé 2013
L’affaire Sokal https://hypertheses.org/dramaturgie/2016/09/22/affaire-sokal/:  une contextualisation épistémologique.
Mémoire de Master 2 dirigé par Pascal Nouvel du Département de philosophie de l’Université de Montpellier 3. Vous pouvez consulter une note synthétique à ce sujet ici.

Ouvrage collectif 2011
Manifeste pour une recherche engagée ?. Manifeste pour une recherche impliquée devenue engagée.
suite au colloque du même nom au collège doctoral européen de Strasbourg. La seconde version 2012 du manifeste est disponible ici.

Robin Birgé 2011
La biologisation du social. Représentations sociales des chercheurs en biologie évolutive humaine : le cas de l’homosexualité.
Mémoire de Master 1 dirigé par Grégoire Molinatti du LIRDEF de l’Université Montpellier 2. Vous pouvez consulter une note synthétique à ce sujet ici.


Publications orales

Robin Birgé & Grégoire Molinatti le 6 juin 2019
 Écrire à plusieurs, individualiser la figure de l’auteur. Mise en scène du jeu auctorial d’une expertise scientifique sur la réforme du droit  de la famille (2013).
Colloque Identités du chercheur et narrations en SHS.
Nancy

Robin Birgé & Sarah Calba le 29 mai 2018
  La tragique fin des experts.
Colloque Pour une recherche scientifique responsable. Pratique du métier de chercheur à travers ses questionnements et ses réalités.
EHESS de Paris

Grégoire Molinatti & Robin Birgé le 23 novembre 2017
Communications publiques d’expertises scientifiques dans le cadre de controverses environnementales : les discours de scientifiques envisagés comme paroles militantes. <hal-01739440v1>
Colloque Les paroles militantes dans les controverses environnementales : constructions, légitimations, limites.
CREM de l’Université de Lorraine à Metz

Robin Birgé & Lucas Nédelec le 16 juin 2017
Détournement d’une communication “technico-normale” d’une science objectivante.
que nous avons intitulé avec ironie Approche socio-épistémologique rationaliste de la controverse socio-technique des déchets nucléaires à haute activité et à durée de vie longue : analyse cognitive des processus d’argumentation biaisés des agents, par révélation de co-occurences textuelles valides des catégories argumentatives a priori signifiantes. L’enjeu de notre exposition était multiple. En mettant en scène  de manière excessivement caricaturale ce qui nous semblait être les normes attendues d’une communication en études de controverses ou didactique des questions socialement vives, nous proposions le jeu d’acteur, la fiction, comme une manière de faire intéressante en recherche pour son effet de complexification et de distanciation. Les chercheurs présents n’étant pas a priori au courant de notre détournement, nous avons parié sur la provocation d’un étonnement, d’une rupture avec l’habitude et d’une interrogation partagée collective. Nous avons ainsi amené le moment de rupture au milieu de notre présentation en jouant une “fausse” dispute sur le choix des termes, la méthodologie et plus généralement notre posture épistémologique, ce qui nous a amené à reconstruire notre support (nos diapositives projetées) pendant la présentation  Tout en apportant une réflexivité sur les manières de faire et de voir, nous exposions une “vraie” dispute concernant nos postures épistémologiques, à partir d’une anecdote sur laquelle nous travaillions, la signalisation des déchets radioactifs dans le temps.
Journée Des Doctorants de Lirdef, Université de Montpellier.

Robin Birgé & Grégoire Molinatti le 11 mai 2017
Expertises collectives de chercheurs et controverses publiques : neutralisation et engagement. <hal-01740439v1>
85ème congrès de l’Association Canadienne-Française pour l’Avancement des Sciences – Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ! à Montréal, Canada

Robin Birgé le 3 juillet 2015
Communication de chercheurs en situation de controverse socio-scientifique.
Mise en scène caricaturale de l’esthétique des pratiques de communication en “sciences humaines et sociales” et en “sciences expérimentales”.

L’injonction de l’usage d’un “powerpoint”.
La lecture normalement monotone d’un texte.

Mes interventions étant préalablement filmées, leur projection au moment de mon intervention, cette mise en abyme réflexive de mon propre travail, avait pour objectif d’amener un effet de distanciation, et donc potentiellement de discussion sur ce sujet là où une pratique de recherche “normale” ne la facilite pas.
Journée Des Doctorants de Lirdef à l’Université de Montpellier

Robin Birgé le 19 mai 2015
Étude compréhensive de la communication de chercheurs en situation de controverse socio-scientifique.
Journée des Doctorants de Géosciences, Osu-Oreme CNRS / Université de Montpellier

Grégoire Molinatti, Robin Birgé & Lionel Simonneau le 4 juin 2015
Communication de chercheurs et controverses environnementales : quelle place pour les conflits d’intérêts ?  <hal-01740448v1>
Colloque Science And You à Nancy

Robin Birgé le 18 mars 2015
Une thèse sur la communication des chercheurs en situation d’expertise sur des sujets controversés.
Séminaire doctoral de l’EHESS de Marseille – Centre Norbert Elias

Robin Birgé le 11 juillet 2014. La communication de chercheurs lors de controverses socio-scientifiques.
Colloque Science, innovation, technique et société de l’AFS. Université de Bordeaux

Robin Birgé & Sarah Calba le 15 février 2013
Pourquoi “on” a raison et tu as tort. Comment nos représentations, notre propre conception du monde influencent les productions de connaissances scientifiques ?
Journée d’étude La recherche impliquée ou pour quoi construire une science universitaire ? Analyse engagée des méthodologies multidisciplinaires scientifiques.
Au Collège doctoral Européen de Strasbourg


Publications visuelles

Robin Birgé en juin 2016

Exposition de ma démarche de sociologie dramaturgique et de mes objets d’étude, des expertises lors de discussions autour de la loi famille, des organismes génétiquement modifiés et de l’exploitation/exploration de gaz de schistes .

Lors de la Journée des doctorants du Lirdef de l’Université de Montpellier et celle du laboratoire Géosciences (OSU-Oreme CNRS, Université Montpellier 2).

Robin Birgé en juin 2015
Détournement d’un poster “scientifique”.

Exposition de ma thèse critique de la normalisation de la communication scientifique, notamment de la pratique de “sessions posters”.

Dans le cadre des journées des doctorants 2015 de mon laboratoire en géosciences, la consigne était de préparer une présentation orale, et un poster, avec remise d’un prix à la clé. Un poster est un anglicisme signifiant « affiche », l’affiche étant une technique de « communication de masse ». Lors de ces journées s’exposent des savoirs explicatifs, et s’organisent l’échange et la confrontation des travaux en fonction d’un modèle de “communication”. Afin de comprendre les codes de cette communication, j’ai envoyé comme requête dans le moteur de recherche Google « consignes pour un poster scientifique », et je suis “tombé” sur une dizaine de sites de chercheurs et de directives émises à l’occasion de sessions posters. J’ai donc respecté à la lettre la consigne suivante qui me semble être représentative de la norme en matière de communication : « les personnes présentant un poster doivent donc perdre le moins de temps possible en explications. Par conséquent, le poster doit contenir toutes les informations principales et être compris sans explication. Le poster doit être linéaire, structuré et simple. » C’est donc sous l’égide de l’efficacité de la communication d’informations (et non de l’argumentation), qu’en un minimum de temps l’on doit se faire comprendre, ce qui engage une simplification à l’extrême. Ce parti pris de la normalisation de la communication n’est pas sans conséquences, il n’est pas neutre mais engage certaines valeurs qui méritent d’être questionnées. Pourquoi ne pas favoriser la singularisation et la complexité (sans complication) dans l’expression d’un propos qui, lui, est singulier et complexe ?
Journées du laboratoire Géosciences (CNRS / UM2)

Robin Birgé le 19 juin 2013
Exposition du Poster « L’affaire Sokal : une contextualisation épistémologique »
L’affaire Sokal est un épisode de la Guerre des Sciences qui peut-être décomposé en deux phases. Le départ est un canular du physicien américain Alan Sokal comportant de multiples erreurs scientifiques publié en mai 1996 dans la revue culturelle américaine Social Text. Sa cible : des auteurs de gauche issus de la « nébuleuse postmoderne » et le « relativisme cognitif ». Le deuxième épisode est la publication en juin 1997 avec le physicien Belge Jean Brimont du livre Impostures Intellectuelles. Cette fois, les auteurs ont la prétention d’épingler l’abus de l’utilisation de termes scientifiques dans les productions des auteurs incriminés dans le canular un an plus tôt. Suite à ces deux événements plusieurs centaines d’articles sont produits autour de ces deux productions. Il s’agit dans ce poster de présenter quelques-unes des questions abordées : quelle est la signification du canular ? Quelles sont les valeurs propres à fonder un engagement de gauche ? Quel est le rôle des métaphores ? Qu’est-ce qu’un texte ? Quels devraient être les fondements idéologiques et méthodologiques des études sur la science ? Puis viennent les questions socio-épistémologiques (au sens large) : ontologique (qu’est-ce que la connaissance ?), méthodologique (comment est-elle constituée ?) et éthique (comment apprécier sa valeur ou sa validité ?).
A l’Université
Montpellier 2 lors de la 2e Journée d’Épistémologie.


Organisation de colloques et de séminaires

Co-organisation des 6 séminaires de lecture du laboratoire Hyperthèses 2017-2018

1. Pierre Bourdieu, 1986, Espace social et pouvoir symbolique dans Choses Dites.
2. Pascal Engel & Richard Rorty, 2005, A quoi bon la vérité ?
3. Jacques Bouveresse, 1993, Règles, Dispositions et Habitus, Revue Critique n°579-580.
4. Alfred Schütz, 1946, Don Quichotte et le problème de la réalité, dans Éléments de Sociologie Phénoménologique.
5. Yannick Barthe et coll., 2013, Sociologie pragmatique : mode d’emploi, Politix 3 (103) : 175-204.
6. Gille Deleuze, 1967, La méthode de dramatisation, Bulletin de la SFP n°1967.

Comité organisationnel des Journées des doctorants du Lirdef de l’Université de Montpellier de 2015 à 2017.

Bénévole au colloque International Society for the History, Philosophy, and Social Studies of Biology à l’Université Montpellier 3 du 7 au 12 juillet 2013.

Co-organisateur des sessions affichées (poster)de la 2e Journée d’Épistémologie de l’Université Montpellier 2 le 19 juin 2013.

Bénévole au colloque Écologie 2010 de la Société Française d’Écologie à Montpellier du 2 au 4 septembre 2010.


Responsabilités

Création du laboratoire indépendant Hyperthèses.

Dramaturge et conseiller scientifique auprès de la compagnie de théâtre Les Karyatides.

Représentant doctorant élu au Conseil du Département Scientifique Éducation 2016-2017à l’Université de Montpellier.

Représentant doctorant nommé au Comité Technique d’Établissement 2013/2014 à l’Université Montpellier 2.

Président de l’association Adventice et des Éditions Lapalissade de 2008 à 2018.